A La Chaux-de-Fonds

De beaux comptes bien contés !


Le 28 août 2021, l’annuelle balade « A pas contés » des amis des musées
d’horlogerie des Montagnes neuchâteloises et de France voisine a emmené à la rencontre du mécénat horloger à travers quelques lieux emblématiques de La Chauxde- Fonds.


Les rues du Locle, de Fleurier, Tavannes, Porrentruy, Morteau, des Gras avaient déjà été parcourues « à pas contés », celles de La Chaux-de-Fonds jamais. Lacune comblée avec Wolfgang Carrier, guide au MIH, qui a servi le temps d’une flânerie moult anecdotes méticuleusement préparées sur le thème du mécénat dans l’histoire de la métropole horlogère.
En introduction face à l’imposant Carillon d’Onelio Vignando, il a rappelé le soutien du Syndicat patronal et du Bureau de contrôle des métaux précieux à cette réalisation. Et l’implication des mêmes en 1967 aux origines de la Fondation Maurice Favre, qui préparerait l’avènement, en 1974, du MIH. Un vrai grand musée – enfin ! - dédié à l’horlogerie, après un siècle de collections d’abord didactiques, puis patrimoniales dès 1902 avec un premier petit musée. Les milieux industriels aussi allaient contribuer à la naissance du MIH, à hauteur de 2 millions de francs, puis aider à enrichir ses collections de diverses manières.


Autres lieux nés de dynamiques comparables et approchés avec de mêmes « pas contés » sous la conduite de Wolfgang Carrier : le théâtre à l’italienne érigé en 1837 sous l’impulsion généreuse des 262 membres de la Société du Casino – le mot théâtre faisait alors mauvais genre ! –, théâtre flanqué en 1955 de la vaste salle de Musique, longtemps attendue, portée par une association.


Et aussi l’École d’Arts appliqués initiée en 1870 par les patrons graveurs, le Musée des Beaux-Arts inauguré en 1926, le Conservatoire et ses nouveaux
locaux dès 1934. Et le Club 44, « fleuron de la politique culturelle privée
», s’est plu à souligner Wolfgang Carrier.

Tous lieux rappelant des volontés, des générosités désintéressées servant le rayonnement et le partage de la culture. Notre guide, généreux de ses notes étoffées, aurait eu de quoi édifier son public quelques heures encore !