Les Gras (France) Le village des 1000 outils

 

En cette année 2017, les traditionnels «pas contés» ont attiré les passionnés d’horlogerie en France voisine.

 

Il incombait effectivement aux amis et responsables des musées d’horlogerie de Morteau et de Villers-Le-Lac d’organiser la traditionnelle balade.

Ainsi, samedi 26 août 2017, les amis du MIH (Musée international d’horlogerie) de La Chaux-de-Fonds et du musée d’horlogerie du Château des Monts au Locle ont rejoint les participants français pour former une cohorte de 67 personnes. 

A l’arrivée au village des Gras, lieu de rendez-vous, le temps s’est effacé, remontant deux siècles d’un coup. D’éminents personnages, vêtus de la blouse noire traditionnelle des ouvriers d’antan, ont accueilli les participants. C’était comme s’ils venaient de quitter l’un des 80 ateliers parsemés dans les fermes et maisons de la commune comptant alors un millier d’habitants.

Improvisés guides d’un jour, les hommes en noir ont entrepris d’expliquer comment Les Gras ont gagné le titre de capitale mondiale de la fabrication des outils d’horlogerie, couronnée de la jolie dénomination « Village des 1000 outils ». Les horlogers suisses s’approvisionnaient là, reconnaissant ce talent particulier à leurs voisins. 

Tournevis minuscules, plaques à calibrer, outils au dixième, pinces universelles, tours divers, machines à arrondir, manches en tous genres… nombre de ces merveilles de belle facture ont été  conservées par les descendants et les amoureux du passé. Même des ateliers complets sont encore dans leur jus et le ronronnement des poulies remises en marche a semé un brin d’émotion parmi les amateurs d’horlogerie.

Le parcours dans le village, entre les multiples bâtiments ayant abrité des ateliers, a permis de prendre la mesure de l’activité ancienne. Cette production s’est poursuivie jusque vers 1950, déclinant ensuite pour ne laisser que de belles collections d’outils et d’autres témoins, qui trouveront place, on l’espère, dans un lieu ad hoc. L’association Tche lou Gras et les guides du jour, s’y attellent.

Les amis français organisateurs ont été chaleureusement remerciés pour ce beau cadeau-découverte, si près de chez nous, entre Morteau et Pontarlier.

Comme le veut la tradition, la journée s’est terminée par un bon repas à l’Hôtel de France de Villers-Le-Lac.

Irène Brossard

             complément par M. Yves Droz (8.8 Mo)