Les pas contés des anarchistes, 27 août 2005

(Message 2006)

C’est dans le Vallon de Saint-Imier que, par un joli temps de fin d’été, quelque 80 personnes ont mené leurs pas de la gare de Renan au Musée régional de Saint-Imier. Durant la balade, M. Thomann a parlé du mouvement anarchiste dans notre région. Un mouvement qui, à l’époque, rêvait d’un jour meilleur, où la liberté individuelle serait partagée entre tous, où les biens seraient répartis équitablement. Un mouvement qui se voulait sans structure, sans chef. Pourtant des leaders se sont engagés, portant les réflexions faites dans nos ateliers loin à la ronde. Un mouvement qui, bien vite, s’essouffla, par manque de moyens, mais aussi à cause des dissensions internes. Une période surprenante, durant laquelle l’horlogerie vivait des temps de changement profond. Arrivés à Saint-Imier, nous avons découvert le Musée régional, où nous accueillait son équipe dirigeante, et notamment son conservateur, M. F. Béguelin. Durant la visite, qui nous a permis de mieux connaître notre voisin de l’est, il a également été question des réfugiés politiques neuchâtelois, qui avaient émigré dans le vallon de Saint-Imier après la révolution manquée de 1831. Au retour, près de 50 personnes se sont retrouvées au Musée Paysan, où un repas copieux et gourmand fut servi.